Analyses Chi du ciel

Voici une analyse faite par Chi du Ciel sur l'évolution de la relation entre Kirk et Spock dans les trois saisons de la série originale. Son analyse se constituera en plusieurs parties. Bonne lecture !
Partie I : saison 1 :
1 / La supposée relation Mitchell/Kirk Qui a oublié le fameux Gary Mitchell, ami "d'enfance" James T. Kirk rencontré à l'académie de Starfleet ? Bien que ce personnage ne soit apparu que pour la durée d'un épisode, le rôle qu'il a joué dans la relation Kirk/Spock n'est pas négligeable. Pour restituer l'histoire, souvenez vous que cet épisode, intitulé " où l'homme dépasse l'homme ", le deuxième de la saison 1 (en prenant en compte l'épisode pilote). Tout commence par une partie d'échec en compagnie de Spock et une petite dispute, pas bien méchante, mais qui montre une mauvaise entente entre les deux hommes, se chamaillant aux sujets des émotions humaines comme le ferons Spock et Mccoy bien plus tard plus gentiment. Ici, on ressent un réel agacement de la part de Jim lorsque Spock le prend de haut. A ce stade de l'histoire, on ne peut pas prétendre qu'ils aient une relation plus qu'amicale, leur rapport étant purement professionnel. Gary apparaît comme un homme sûr de lui, une bonne connaissance de Jim qui est le seul à le surnommer ainsi à ce stade de l'histoire et qui le tutoie en privé. Ils ont un bon nombre de souvenirs en commun, ils se sont rencontrés à l'académie et bien que Kirk soit plus âgé ils s'entendent comme larron en foire. Il était dur de définir cette relation qui aurait pu faire penser à celle de deux frères lorsqu'elle a débuté, puis, il fallut finalement admettre que certains indices laissés étaient bien trop gros pour que l'on passe à côté. C'est à se demander si la mention de la femme que devait épouser Kirk n'était pas là juste pour disculper les soupçons du téléspectateur à une époque fortement homophobe. Je vais être plus précise. Je peux affirmer que Gary est un hétéro, sûr de lui, quelque peu macho et qui aime les belles blondes. Un Don Juan en somme. Il fait plusieurs remarques déplacées au sujet des femmes et en parle même pendant sa convalescence à Jim. On pourrait difficilement douter de sa bonne foi. Il ne semble pas non plus attiré par Jim. A ces yeux ce n'est qu'un ami. Mais qu'en est-il de Kirk ? Des petits détails ne trompent pas, mais ce n'est ni le sourire qui s'illumine lorsqu'il le voit entrer dans l'ascenseur, ni la façon dont il porte sa tête lorsqu'il est inconscient qui révèle la véritable nature de ces sentiments, mais la discussion qu'il a avec Gary dans l'infirmerie. Résumons la situation. Gary a été touché par une force inconnue, ses yeux ont prit une couleur plus qu'inhabituelle et le voilà qui crèche dans l'infirmerie de l'Enterprise. Jim va lui rendre visite et ils parlent de leur jeunesse à l'académie. Le véritable indice qui révèle les sentiments de Kirk est la mention de cette fiancée dans je parlais un peu plus haut. Celle ci n'a aucune importance : elle est blonde, on ne connaît pas son nom et Gary avoue qu'elle lui plaisait vraiment. C'est la réaction de Kirk qui se révèle intéressante. Tout homme sain d'esprit aurait ressenti de l'agacement s'il avait appris que son meilleur ami aurait fait n'importe quoi pour sa promise. Kirk se montre uniquement surpris et presque déçu : " mais je devais l'épouser " lui répond t-il, presque choqué. C'est vis à vis de Gary qu'il se sent mal à l'aise, mais pas trahi. Cette réaction montre que sa fiancée n'est en aucun cas un problème : ce sont les sentiments de Gary qui le perturbent tout simplement parce qu'il en éprouve pour lui. Ses réactions me font penser à celles d'un collégien amoureux et si vous avez l'occasion de revoir cet épisode cela sautera aux yeux. Faisons un saut dans le temps. Gary développe des pouvoirs extra-sensoriels et devient dangereux ce qui commence à inquiéter beaucoup de monde. Notez que la psychiatre déclare que lui et Kirk sont amis depuis leur premier service militaire et qu'il l'avait réclamé pour faire … mystère. Jim la coupe avant qu'elle ne termine, nous révélant tout même que l'aîné était suffisamment proche de lui pour le réclamer au dépend de tout autre cadet. Une fois seul, Spock propose deux solutions au capitaine : l'abandonner sur une planète déserte ou le tuer. Réaction de Jim : " sortez. " d'un ton sec et froid. On le sent en colère contre Spock qui ose lui faire une telle proposition, mais également très inquiet pour Gary. Il déclarera au départ qu'il est hors de question de se séparer de Mitchell. Sa réaction n'est pas celle d'un ami mais bien d'un homme amoureux. Puis finalement cède, réalisant qu'il n'a pas le choix. Plus tard, sur la planète, Gary a déjà attaqué le capitaine et est enfermé et reproche à Jim de faillir à leur amitié. Il demande ensuite pourquoi est-ce qu'il ne le tue pas. Jim ne donne pas d'explication. La simple théorie de l'amitié ne suffit pas : il s'agit de tout un équipage qui est mis en danger depuis que Gary ne cesse d'accroître ses pouvoirs. Les sentiments que Jim ressent pour Mitchell sont ceux qu'il éprouvera plus tard pour Spock et qui désignent leur lien par le mot de Thy'la (ami, frère, amant. La plupart des fans déclarent que ce nom désigne l'un de ces termes uniquement mais je ne suis pas d'accord : Thy'la désigne tous ces termes à la fois, c'est l'ensemble des émotions et des sentiments que l'on peut ressentir pour ces trois être différents et ce en une seule personne). Jim met donc ses sentiments de côté pour mener à bien sa mission mais tout ceci lui brise le coeur. Passons. Gary, avec la complicité de la psychiatre s'enfuit et assomme Jim et Spock. Jim décide de partir à sa recherche, seul. Il essaye de raisonner la doctoresse, lui criant, l'esprit brisé, que Gary n'est pas un Dieu, qu'il ne sait plus ce qu'est l'amour. Le choix du mot amour en dit long. C'est une sorte de juxtaposition. Jim associe Dieu à l'amour, mais Gary se prend pour un Dieu. C'est une explication très subtile de leur relation, presque une déclaration en soi. Le choix du mot en lui même est intéressant puisqu'il aurait pu aisément être remplacé par l'humanité. Jim tue finalement Gary et la psychiatre meurt. De retour sur l'Enterprise, il s'exprime auprès de monsieur Spock au sujet de Mitchell qui répond de manière assez inattendue : " je l'aimais bien aussi " (version anglaise). Jim lui répondra ainsi : " votre cas n'est peut-être pas désespéré monsieur Spock" marquant ainsi l'évolution de la relation entre le vulcain et son capitaine. 2 / Les conséquences sur le mental de Jim et sur la relation Kirk/Spock La mort de Gary est très probablement à l'origine de cette facette du caractère de Jim, qui le fait sans cesse douter de lui, lorsqu'il se demande s'il prend les bonnes décisions et le sentiment des responsabilités qui pèsent sur ses épaules, extrêmement marqué chez Kirk. On se souvient que le précédent capitaine de l'Enterprise, Cristopher Pike, ressentait ce même genre d'impression vers la fin de sa carrière. Il ne faut pas oublier que Jim est un jeune capitaine et que même s'il a pleinement conscience de ses responsabilités, ses réactions sont parfois exagéresé. Mccoy est souvent d'une grande aide dans ces moments là. Le décès de Gary lui pèse sans nul doute sur la conscience, et vous noterez que dans les saisons suivantes, Jim reprend confiance en lui et on ne l'entend plus guère se poser de question existentielle. Ensuite la conséquence sur le Kirk/Spock. Eh bien, je pense qu'entre le premier épisode jusqu'à l'épisode 8 (je reviendrais sur cette évolution un peu plus tard), Spock s'est lentement mis à éprouver des sentiments pour Jim. On ne peut pas alors parler d'amour pur, et l'évolution n'est pas flagrante, mais les événements de cet épisode en disent long sur ce que le vulcain pense de son capitaine. Je résume. Les membres de l'équipage sont un à un soumis à une folie collective. L'infirmière est touchée et en profite pour faire des avances à monsieur Spock, qu'elle contamine au toucher. Celui ci n'arrive plus à contrôler ses émotions et se réfugie dans la salle de réunion pour pleurer sa faiblesse en silence. L'Enterprise est pendant ce temps à deux doigts de s'écraser sur une planète. Jim cherche désespérément Spock qui est le seul à pouvoir les aider, mais lorsqu'il le retrouve, il semble avoir perdu toute logique, tout espoir, et parle de ses origines, de sa famille … Jim veut absolument qu'il reprenne conscience de ce qui se passe car la situation est critique et lui donne une giffle monumentale. Spock sous le choc, déclare qu'il se sent ridicule de vouloir lui montrer son amitié. Jim lui donne une nouvelle claque, puis Spock déclare qu'il ne veut plus feindre l'indifférence (en anglais, qu'il en a assez de cacher ses émotions), on s'attendrait presque alors à une déclaration. Mais Jim lui donne une nouvelle giffle et les deux hommes commencent à se battre. Jim contracte lui aussi la maladie, et déclare alors à Spock : " on se porte bien mieux quand on a pas le virus de l'amour dans les veines. " Il parle alors de son vaisseau, du lien qui le lie à lui. Parce que Jim avait la responsabilité de son vaisseau, il a du abandonner Gary, je pense qu'à ce stade Kirk n'a toujours pas fait totalement son deuil, mais qu'il aimerait oublier, raison pour laquelle il parle ensuite de Janine (sa secrétaire en quelque sorte) déclarant qu'il ne peut pas la toucher en tant que capitaine. Il parle alors des femmes à Spock, pendant que celui ci retrouve ses esprits. Je pense que cette révélation a du toucher profondément Spock et le refroidir. Il a refoulé les sentiments qu'il exprimait pour Jim et les a ignoré. De plus, sa logique et sa maîtrise de soi lui est revenu lorsque la folie l'a quitté, il a donc pu reprendre ses esprits et les ignorer parfaitement. Leur relation est donc revenue au point mort. Ce que lui a dit Jim dans cette salle à rappelé à Spock que Jim est le capitaine et que leur relation ne peut évoluer au dessus d'un certain palier pour le bon fonctionnement de l'Enterprise. Ainsi, jusqu'à la fin de la série et même des films, leur relation restera très platonique, à l'image que l'a décrit Gene Roddenberry : « Oui, il y a sans doute de cela – des sous-entendus amoureux. De l’amour profond entre eux. La seule différence étant l’idéal grec – que nous n’avons jamais suggéré dans la série – c’est l’amour charnel entre les deux. Mais nous avions évidemment le sentiment que l’affection était suffisante pour cela, si c’était là le style particulier du 23ème siècle. » A partir de cet épisode, on remarquera que Jim sera davantage celui qui cherchera le contact avec Spock et que celui-ci a tendance à le "fuir".
0 Comments

Leave a Reply

Using Gravatars in the comments - get your own and be recognized!

XHTML: These are some of the tags you can use: <a href=""> <b> <blockquote> <code> <em> <i> <strike> <strong>